Partagez
Aller en bas
avatar
Rédacteur
Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Propablement chez lui
Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.youtube.com/channel/UCNvQ1Rf2WQK-x_aFcaoXl5g

[ Dissidiax ] Second Personnage : Azuriël

le Ven 10 Aoû - 11:54
Bonsoir Smile Je décide de lancer ma candidature pour mon second personnage, en espérant qu'il vous plaira Smile

IDENTIFICATION:

Nom : Azuriël
Age : Inconnu
Age du réceptacle : 25 ans
Sexe du réceptacle : Femelle
Race : Nephil
Métier : l'Artisan (Menuiserie, Poterie, Verrerie, Forgeron, Tanneur, Joaillier)
Taille : 195 Cm
Poids : 62 Kg




DESCRIPTION PHYSIQUE:


Azuriël est l’une des vingts Nephils que la déesse Ashera créa jadis, de la source de ses artéfacts. Elle possède de sublimes courbes qui feraient rêver la plupart des hommes. Ses jambes sont douces et fines, et sont  généralement recouvertes d’une soie blanche aux reflets violets, les laissant transparaître du fait de leur finesse de confection. Elle possède de plaisantes sandales de cuir blanc, brodées de quartz rutilant et d’améthystes finement taillées, qui viennent sublimer ses pieds d’une étonnante propreté. Elle porte en tout temps un voile de soie sur sa poitrine généreuse, d’un blanc éclatant, orné de bordures en or pur et d’éclats de diamants. Elle possède d’ailleurs sur le bas de son corps une ceinture dorée de même facture, qui vient épouser la taille svelte de Azuriël, décorée en son centre d’une grosse améthyste brillante étonnamment rose.

Ses bras, bien que fins et longs, n’en sont pas moins habiles lorsqu’elle travaille la matière pour en faire son art. Ils sont chacuns parés de hauts bracelets d’or, un or plus fin encore qui vient soutenir une soie similaire à celle de sa taille, recouvrant ainsi ses bras lorsqu’ils ne travaillent pas.

Son visage élégant et aminci met en valeur la peau blanche et douce qui sculpte son corps, son regard perçant souligné par les contours de ses yeux aussi noirs que la nuit, avec en leur centre une lune bleue azur. Ses lèvres plutôt pulpeuses donnent l’impression que Azuriël porte toujours un air satisfait et jovial, surplombé par son nez harmonieux. Sa chevelure d’argent parcours son dos pour s’arrêter quelques centimètres après son fessier. Enfin, ses ailes son parsemées de plumes longues et douces, rendant cette Nephil majestueuse lorsqu’elle s’envole dans le ciel.
DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE:


De tous ses frères et soeurs, Azuriël n’est certainement pas la plus sage, ni même la plus intelligente de la fratrie. Mais elle reste sans nul doute l’une des plus belles, des plus créatives et  des plus habiles de ses mains parmi les siens. Elle considère que chacun à son mot à dire sur sa façon d’être, sur ses actions mais ne tolère pas que l’on remette en cause son travail d’orfèvre. Elle se fait une joie d’apprendre aux mortels l’art de la Forge, de la Joaillerie, de la Verrerie, de la Poterie, de la Tannerie et de la Menuiserie bien qu’elle soit le plus souvent déçue du talent de certains. Elle estime que l’on à tous le droit à l’erreur, mais certainement pas le droit de les répéter. Elle n’aime pas porter trop de vêtements, étant donnée qu’elle passe la majeure partie de son temps derrière une fonderie et que la température y est élevée.

Elle reste une personne plutôt narcissique et très bien consciente de sa beauté, qu’elle n’hésite pas à utiliser pour satisfaire ses souhaits. Elle déteste les voleurs et les arnaqueurs et fera payer très cher quiconque essaye de la rouler car “on ne plaisante pas avec les affaires”. Comme la plupart de ses frères, elle se fiche éperdument de la mort ce qui la pousse souvent à faire des choses risquées et osées. Elle respecte les mortels qui ont juré allégeance à Ashera, et aura souvent tendance à aider, voir à aimer ces derniers tant son amour pour sa Mère est grand. Elle adore manger, beaucoup de nourriture, de bonne nourriture. Si il y a bien quelque chose qu’elle apprécie, c’est la fine gastronomie, ayant une grande admiration pour les cuisiniers dignes de ce nom.

Elle n’apprécie pas trop la violence, du moins pas depuis quelques millénaires, voyant plutôt ses créations comme un “art parfait”, avant celui de la cuisine. Azuriël est plutôt têtue, bornée, fière et condescendante mais reste avant tout attentionnée et bonne dans ses intentions. Parmi les mortels, elle est aux premiers abords très appréciée par le peuple en général (et surtout par les hommes) car bien qu’ayant des allures de richissime princesse, elle détient des idées, des préceptes et un parler qui font vent contraire.

Si elle peut aider, elle le fera sans hésiter, mais tout se paie et elle s’en souviendra, étant très attachée au système de dette. Elle voue un amour profond pour Ashera qu’elle vénère et sert avec une impassibilité consternante, et adore tous ses frères et soeurs qu’elle n’hésite pas à embrasser, étreindre et même caresser, faisant tâche à la stature qu’elle montre à sa Mère.
HISTOIRE DE AZURIËL:

Peu après le commencement des temps, alors que les dieux façonnaient le monde à leur image, le dieu de l’équilibre Primordium créa les êtres doués de conscience; les Valiens, puis les Elyas. Ce dieu était particulièrement puissant et imaginatif par rapport à ses confrères, mais malheureusement ses créations devenaient violentes, stupides et craintes. Acculés par la situation, les dieux prirent la décision d’entraver ses faits, s’en suivi une terrible guerre divine qui a ravagé le monde pendant des millénaires. Lors de cette guerre, Ashera créa des artefacts qui avaient pour but de lui servir d’armes contre les armées du Néant. Puis elle eut une idée plus brillante encore; plutôt que de supprimer les oeuvres de Primordium, elle décida de les instruire et de les assagire en convertissant ses artefacts en quelque chose de vivant. Ainsi sont nés les Nephils, véritables livres ouverts, archanges de la Déesse de l’Ordre et délivreurs de Savoir aux mortels.

Une de ces Nephils, l’Artefact d'Améthyste rose orné d’or, fut nommée Azuriël en raison de ses yeux bleus, qui apprit de sa mère tout ce qu’il y avait à savoir sur l’artisanat, et même plus encore. Bien qu’étant physiquement le portrait craché de sa créatrice, elle est cependant loin d’être sa préférée, Ashera ne la considérant pas assez sage dans sa parole et dans ses actes comparé à ses frères et soeurs. Azuriël a depuis toujours exprimé un profond amour envers ses fraternels mais tout autant avec les mortels qu’elle considère comme fascinants dans leurs coutumes et leurs créations. Elle fit don à ses apprentis de ses services et de ses connaissances, leur apprit du mieux qu’elle pouvait les ficelles du métier, bien qu’une vie mortelle ne suffisait pas à appliquer tous ses enseignements. Elle fut à de nombreuses reprises sollicitée pour créer des objets d’exception, chose qu’elle acceptait quand le devoir l’obligeait.
Préférant être simple spectatrice de l’évolution de ce monde, elle ne prit le parti d’aucune nation, n'aident que ceux qui le méritent vraiment à ses yeux, voir même ceux qui payent le prix fort de ses services. Elle agis tout de même selon les préceptes d’Ashera qui lui voue une obéissance aveugle et admirative en tout temps. Durant toute sa vie, Azuriël fut jalousée par la plupart des mortels du fait de ses compétences d’artisanat exceptionnelles, en particulier par les femmes, car elle volait bien souvent leurs maris pendant une nuit où deux, quand  ces derniers se rinçaient pas l’oeil sur cette Nephil.

Les objets que crée l’Artisane sont d’une finesse inégalable, né d’un savoir millénaire et de moultes expériences. Les armes qu’elle forge sont solides, résistantes, tranchantes sur la durée et de tout poids, couverts de fines gravures précises et de plaisantes fantaisies. Les armures  qu’elle met en œuvre  sont légères et gardiennes, chaque détail étant pensé pour allier protection et plaisir des yeux. Azuriël est capable de s’adapter à tout type de métal et à le travailler de sorte à ce que toutes ses propriétés soient aux mieux mises à disposition pour des créations. Ses bijoux sont très fins et ne sont confectionnés uniquement qu’à partir des matériaux les plus nobles qu’elle a à sa disposition, accordant une grande importance à chaque détails de l’objet. Aussi, cette Nephil à travaillé tout genre de terre et de matériau anciens, capable d’effectuer des vases en terre cuite impressionnants dans leur conception, et des vitraux grandioses qui transmettent des lueurs de milles feux. Azuriël considère que chacune de ses créations est un art pur, et que l’art doit toujours être couplé à l’utile. On reconnaît bien souvent ses objets grâce à une gravure d’ailes qui entoure une améthyste.

Ses vies furent bien trop longues pour être résumées en quelques lignes, mais laissez-moi vous raconter quelques passages qui ont bouleversé sa vie pour devenir ce qu’elle est actuellement.
I - L'erreur n'est pas seulement pour les mortels


A ses débuts, comme la plupart de ses confrères, Azuriël était hautaine et fière au possible, tellement détentrice de connaissances qu’elle se croyait nécessairement supérieure aux autres et n’ayant rien à apprendre d’autrui. Mais il se passa quelque chose qui la fit changer du tout au tout, un simple mortel nommé Varys Salenki. A cette époque là, il fut l’apprenti de notre chère Nephil, qui lui enseignait les ficelles de la forge. Cette forge se trouvait non loin des quais de Glutoria, une ville marine aujourd'hui disparue sous les eaux. Une fraîche nuit de printemps, alors que Azuriël rangeait les outils , Varys entrait dans la forge, apportant des pièces en métal dans un sac de jute. La Nephil engagea la conversation;
<<- Dis donc, l’avorton … combien de fois faut-il que je te répète que les outils se rangent lorsque l’on ne s’en sert plus ?
-Pardon ! Mais j’allais le faire Azur …
-Et combien de fois t’ais-je dit de ne pas m'appeler ainsi ?
-P-pardon … maître …
-Mhhh … je préfère … sinon, j’ai jeté un oeil à tes plaquettes d’acier pour l’armure de plates du client numéro 147.
-Ah oui ? Et comment les trouvez-vous ?
-Nulles ...
-Nulles ? Mais … je ne comprends pas ce qui ne va pas … J’ai pourtant fais les plaquettes comme vous me l’avez demandé ! J’ai même pris soin de faire glisser le marteau au lieu de le marteler !
-D’accord, et là dessus, ce que tu as fait est disons potable … Sauf que tu as relié les plaques avec des lanières de cuir n’est-ce pas ?
-Eh bien oui ! Justement, grâce à ça, je pensais que …
-Tu n’as pas à penser ! Tu écoutes ce que je te dis ! Si je t’ordonnes de les lier avec des lanières en bronze, tu le fais et c’est tout !
-Mais enfin Maître … les mouvements seraient plus …
-Oh là … tu m’écoutes quand je te parle ? Tu ne discutes pas avec moi, où tu dégages, c’est simple ! Humpf.
-Je … Bien, Maître … >>
Varys se tût, prenant soin de respecter à la lettre les souhaits de Azuriël qui étaient censés être les meilleurs possibles. Le lendemain, le client repartait ainsi avec sa commande qui lui servirait pour une prochaine guerre qui s’annonçait non loin de la ville. Mais quelques jours plus tard, une personne revint avec l’armure en main, et annonçait que son propriétaire était mort, car les bandes de bronze avaient dévié de leur position pour aller se planter légèrement dans la peau de son possesseur, le métal ayant intoxiqué son sang. Le soir même, Azuriël fixait l’armure qui était posé sur l’enclume, se demandant comment une telle chose pouvait arriver, comment il était possible qu’elle fasse une erreure.
L’apprenti entra dans l’atelier, puis s'ose à engager quelques mots.
<<- Je … suis désolé Maître, c’est de ma faute … j’ai tellement à apprendre.
- Mhhh … Dis-moi pourquoi avais-tu l’idée de remplacer les bandes de bronze par des bandes de cuir ?
-Euh … eh bien le cuir est plutôt souple, donc les mouvements sont plus pratiques, plus habiles. Et puis le bronze est un métal qui reste toxique, donc si l’on se blesse avec, cela peut engendrer des maladies.
- Ingénieux ...
-P-pardon ?
-Si tu crois que je vais répéter ce que je viens de dire …
-Euh désolé !
-Ce que j’aimerais savoir, c’est comment un  rejeton comme toi à réussit à trouver une pareille idée ?
-Eh bien … ma mère est morte à cause de l’eau de sa salle de bain, dont le bec était en bronze … Et puis mon père était tanneur, et m’a expliqué de nombreuses fois les propriétés du cuir … alors j’ai pensé que …
-D’accord, ça va, ça va … inutile de me raconter ta vie ! Bien, c’est pas mal, tu t’en sors bien.
-D-donc, vous avouez que vous avez fait une erreur, n’est-ce pas ?
-Disons plutôt que je ne m’attendais pas à un pareil résultat…
-Donc vous avez bien fait une erreure, héhé !
-Tu veux dormir tout seul ce soir ?
-Euh … non …
-Alors fermes-là … Humpf. >>
Ainsi, depuis ce jour, Azuriël pris le temps d’écouter les autres, de considérer leurs points de vue et d’agir en conséquence, l’ayant rendue bien moins fière que jadis. Lorsque Varys s’était couché ce soir là avec la Nephil (car elle avait l’habitude de crécher chez ses apprentis, ne souhaitant pas dépenser son argent dans des auberges [ce qui était bien loin de déranger ses élèves]), il ne pouvait s’empêcher de sourire, fier d’avoir appris quelque chose à une personne de son rang. Elle, en revanche, lui en voulait d’avoir ce sourire qui signait son échec, homme qu’elle trouvait charmant de surcroît, ce qui l’agaçait encore plus. Ce n’est qu’après avoir couché avec lui pendant plus de deux heures qu’elle fut satisfaite d’avoir ôté son rictus par une pâle grimace de fatigue. Accrochée à son bras, elle lui annonçait que de toute façon, il ne connaîtra toujours moins de choses qu’elle. En tout cas, ce que l’on pouvait retenir d’elle, c’est qu’elle était d’une étonnante endurance lorsqu’il s'agissait de plaisirs charnels et qu’elle en est non moins douée.  
II - L'amour n'est pas seulement pour les mortels


Azuriël a toujours été une personne très libertine dans tous les sens du terme. Elle à toujours été une personne solitaire, mais qui appréciait grandement la liberté, de faire ce qui lui plaisait tant que cela était possible. Elle fut d’ailleurs pendant longtemps addicte au sexe qu’elle pratiquait avec les mortels pour son simple plaisir ainsi que le leur. Mais jamais réellement elle n’avait songé à se poser quelque part avec quelqu’un, et encore moins  en être amoureux. Pourtant, un soir, dans une ancienne ville du nom de Kormac, alors qu’elle partait pour le village adjacent, elle croisa un jeune Valien d’une trentaine d’année, assis sur son tabouret de bois dans la rue, qui racontait des histoires aux enfants du quartier. Tous étaient assis en tailleur autour de leur narrateur qui les faisaient rêver. Cette épopée racontait l’histoire d’un chevalier noir qui voulait tout faire pour que son armure puisse se vêtir de moultes couleurs. Et pour cela, il devait partir à l’aventure sur un chemin semé d'embûches vers l'Île aux Milles Couleurs, où il vivra heureux entouré de vives teintes de vies. Cette histoire paraissait peut-être idiote et enfantine, mais elle avait complètement captivé Azuriël qui l’écoutait avec une admirable attention. Pendant que cet homme, Harry, prônait les mots de son histoire, il ne cessa de scruter la Nephil sans pour autant perturber ses explications, sans doute subjugué par sa beauté, mais surtout par les majestueuses ailes qui bordaient la ronde que formait l’auditoire.
Lorsque l’histoire se termina sous les applaudissement de ces derniers, seul Azuriël resta, en train de fixer chaque détail qui composait Harry le Raconteur. Celui-ci rougissait, n’osant pas bouger de sa chaise de peur de perturber celle qui la scrutait. Ce que ressentait la Nephil était quelque chose qu’elle n’avait jamais connu auparavant, quelque chose qui allait au-delà de l’admiration, mais elle ne savait ce que cela était. D’habitude, lorsque Azuriël trouvait un homme charmant, elle ne passait pas par quatres chemins pour coucher avec lui le soir-même, mais ce n’était certainement pas de l’amour. Mais en cet instant précis, son coeur s’était épris du conteur, sans même qu’elle ne le sache. Après quelques minutes de silence, sans un mot et sans un mouvement, le conteur se décida à engager la conversation:
<<-Hum … L’histoire vous a plût ?
- Oh, euh oui ! Elle était … vraiment très bien …
- Tant mieux alors ! Je ne savais pas que j’avais aussi du succès avec les adultes, héhé.
- Vos histoires sont passionnantes ! C’est vous qui les inventez ?
- Eh oui ! Mon père me le contait autrefois, ainsi que son père, et le sien avant lui.
- Intéressant …
- Bien sûr, j’y ai apporté beaucoup de changements ! La vraie histoire est plus violente … Mais j’aime lorsque tout le monde peut écouter une histoire sans grimacer.
- Un choix judicieux !
- Héhé …>>
Puis, à nouveau, ce même climat de silence emportait les deux âmes, qui s’observaient les yeux dans les yeux. Ce n’est qu’après quelques hésitations dans la voix que Harry lui annonçait qu’il se faisait tard, et qu’il devait rentrer. Azuriël compris, et laissa l’homme s’en aller. Et c’est ainsi que pendant près d’une semaine, chaque soir où les dernières lueurs du soleil s’estompaient, notre Nephil écoutait les fabuleuses histoires du conteur, où ses contes devenaient de plus en plus intéressants à mesure que le temps passait. Puis un soir, Harry pris son courage à deux main, et proposa à Azuriël un dîner dans une belle auberge, où il fit sa demande. Elle était très heureuse, ravie même, et ne pensait pas que son amour était réciproque.
Pendant près de 40 ans, les deux âmes-soeurs vécurent heureux dans une maison chic qu’ils avaient acheté grâce à l’argent de la bijouterie qu’ils tenaient. C’est sans doute à ce moment là que la Nephil de l’Artisanat fut la plus heureuse aux travers des âges. Mais malheureusement, une vie mortelle à ses limites, et Harry poussa son tardif dernier souffle aux côtés de celle qu’il aimait. C’est aussi à ce moment qu’elle découvrit le chagrin et pleura pour la première fois de son existence. Le monde semblait s’effondrer autour de Azuriël, et elle fut pendant de nombreuses années enclavée seule dans une forêt paisible afin d’y faire son deuil. Ashera elle-même eu beaucoup de mal à la convaincre de continuer sa quête, mais elle était perdue et ne voulait entendre personne, si ce n’est la voix de Harry.
III - On ne plaisante pas avec les affaires


Si il y a bien quelque chose avec lequel il faut être sérieux avec Azuriël, c’est bien les affaires, l’argent et les dettes. Elle ne supporte pas de se faire rouler et fera tout ce qui est possible pour faire payer au centuple quiconque essaie de la berner. Pour elle, presque toute chose à un prix et toutes les dettes doivent être réglées avant la mort. Cette facette lui est apparu lors d’une expérience peu plaisante.
A ses débuts dans le monde mortel, notre Nephil appréciait beaucoup un marchand qui s’avérait aussi être un grand fidèle d’Ashera. Ce dernier lui proposait d’écouler toutes les créations de son apprenti et de lui reverser intégralement l’argent qu’il reçevait de ses oeuvres. Cela permettait ainsi au novice de l’Artisane de se faire un sacré paquet d’argent au vu des nombreuses créations qu’il entreprenait. Seulement, Azuriël s’est rendue compte bien plus tard qu’elle recevait trois fois moins d’argent que les sommes imposées. Agacée, elle décide tout de même d’en parler au marchand pour qu’il règle ses dettes, mais ce dernier avait mis la clé sous la porte, emportant avec lui tous ses produits. Il disparut de son échoppe, jouissant de tout l’argent qu’il avait injustement volé à l'apprenti.
Lorsqu’elle apprit la nouvelle, furieuse, elle s’en retourna vers son jeune apprenti, lui disant qu’elle reviendrait avec plus d’argent qu’il ne pourrait l’espérer. Alors elle partit, loin de la ville qui l’abritait, vagabondant de villages en villages à la recherche d’informations. Sa traque dura près de 2 mois, encapuchonnée dans des haillons misérables afin de rester discrète. Puis, par pur hasard, Azuriël apperçut l’homme dans une taverne, ivre, qui sentait fortement la bière et le rhum. Elle vit en cet instant l’occasion parfaite pour reprendre l’argent injustement volé, abusant une fois de plus de sa luxure. L’homme titubant, la Nephil proposa son épaule et son aide, méconnaissable de par sa capuche qui voilait son doux visage si ce n’est son nez, ses joues et sa bouche, et aussi de par sa cape qui aplatissait ses ailes sur son dos, lui donnant une allure Valienne. Le marchand, s'accoudant de tout son poids à l’épaule de cette charmante femme, lui indiquait le chemin de ses appartements, qui s’avéraient être l’arrière boutique de son échoppe.
Azuriël rentrait, accompagnant le boiteux à son lit. Ce dernier agrippait la voilée lorsqu’elle tournait ses talons, la regardant d’un sourire niais. Son plan marchait comme elle l’espérait. Elle se retournait brusquement pour l’embrasser. Puis elle entrepris des gestes plus osés que le marchand attendais avec impatience de cette femme. À un certain moment de l’acte, avant qu’elle ne commence à se dévêtir, elle pris soin d’accrocher fermement les mains et les pieds de l’homme, comme pour un jeu, ce qui semblait lui plaire. Puis elle se mit en face, en dehors du lit, le fixant du regard avec un rictus satisfait. Puis elle retira le haillon, dévoilant son corps et ses vêtements luxueux qui brillaient, ainsi que ses ailes qui s’ouvrirent largement. Le marchand la regardait avec une grande moue;
<< - Mais… eeeh .. tu es cette satanée traînée qui voulait me rouu...rouleeeeer !
-Moi, te rouler vieux cochon ? Tu a volé l’argent de mon apprenti, qui s’avère donc être mon argent !
-Heeeein ?! J’ai jamais fais d’trucs … dans ce genre eh ! J’suis un marchand honnête !
-Pas seulement voleur, mais aussi menteur ! Eh bah tu sais quoi ? Je paie toujours mes dettes … et l’inverse l’est tout autant. Tu va me dire où sont tes réserves d’or, et on en parle plus.
- T’es folle ?! Y’en a bien plus que tu ne pourrais l’espérer !
- Disons que ce sera ma prime d’intérêt, pour m’avoir fait porter des guenilles horribles et pour ces deux mois de traque …
- Humpf … tu peux toujours courir, vieille peau …
-Vi-... VIEILLE PEAU ??! Alors toi …
-Quoi ? C’est vrai, j’dis la vérité moi au moins ! Eeeeeh qu’est-ce que tu sors de ta ceinture là ?
-Un couteau… tu connais pas ? Certains s’en servent pour couper du saucisson. Moi je m’en sers pour trancher un autre type de saucisson.
-Aaaah non ! Non, touche pas à ça j’ten prie ! J’regrette c’que j’ai dit ! C’est pas vrai que T’es une vieille peau, c’est juste que ton âge est élevé par rapport à toi, et pu-
-Ah la ferme ! Dis moi où est le fric !
-M-mais … à la banque !
-Menteur … un homme aussi pingre que toi ne confierais jamais son argent à qui que ce soit … Bon, du coup, je vais peut être me couper une tranche d-
-Dans la commode, DANS LA COMMOOOOOOODE !!
-Eh ben voilà, quand tu veux ! >>

Souriant de plus belle, Azuriël se dirigeait vers la commode et y trouvait quelques plaquettes de métal de thaumium, très onéreux, qui valaient bien plus que les créations de son apprenti. Elle les prit dans sa besace qu’elle mit dans le fond d’une charrette qu’elle avait louée. Regardant l’homme qui était apeuré et déçu, la Nephil observa tout son corps un bref instant, puis dit au marchand << De toute façon, elle aurait été bien trop petite pour me contenter, vieux fripon … >>. Enfin, elle pris la poudre d’escampette, rejoignant son apprenti à 3 jours de cavale.

Depuis ce jour, elle fit beaucoup plus attention à la valeur marchande de ses articles et est devenue intransigeante et stricte en affaire, ne supportant pas le moindre écart. La dernière fois qu’une personne a tenté de lui voler sa marchandise, cette personne s’est retrouvée sans femme et ainsi sans logement pendant de longues années. Aussi, Azuriël ne supporte pas être à l’origine de dettes, et fera tout pour les rembourser le plus vite possible, en argent comme en actes.
IV - "Et ... Que suis-je à présent ?"

<< Mon art est absolu, et je sais que personne ne m’arrive à la cheville … Mais cela est dû au fait que mon savoir est millénaire, non pas seulement grâce à Mère, où grâce à Lünhel, notre aîné, mais aussi grâce aux mortels. Se sont eux qui m’ont appris qu’être omniscient, aussi paradoxal que cela puisse être, voilait la vue sur ce qu’était la perfection des choses-même, la réalité. J’ai vécu. Je continuerais à vivre sans doute. Mais vivre fait mal.

Que suis-je à présent ? J’ai fais tant de choses aux travers des mondes, sans pour autant avoir eu l’impression de vivre une belle vie. Je pense toujours à mon cher Harry, décédé voilà maintenant 75 ans de cela, même lorsque je couche avec d’autres hommes. En fait, pour dire vrai, je ne couche plus avec grand monde depuis ce jour là, et je ne côtoie presque plus mes apprentis. Sa voix me manque … ses histoires aussi. Parfois je me les raconte pour m’endormir et … cela fonctionne. Mais j’ai toujours ce vide en moi … un vide que mes créations ne peuvent combler, que mes frères et sœurs ne peuvent combler, que Ashera elle-même ne sait combler. Peut-être est-ce le sentiment que ma vie entière ne soit que le fruit de chamailleries entre les Dieux, qu’au final, malgré notre belle famille soudée, nous ne sommes que des objets, des outils destinés à servir.
Mes armes et mes bijoux sont de rêve, mes pensées sont d’acier et d’or. Ou peut-être est-ce l’inverse ? Non, ce n’est plus en quoi je crois. Je ne sais plus en quoi je crois à vrai dire … Ashera ? Mes frères ? Mes soeurs ? La forge ? Les hommes ? Le sexe ? La mortalité ? Rien n’est plus sûr, et j’ai l’impression de dévier de plus en plus de ce que je suis censé être … Sans doute pour cela que Mère ne m’apprécie guère. J’ai beau être Nephil, je reste pourtant mortelle dans mon esprit, malgré que mon âme soit immortelle. C’est ce qui arrive quand on passe le plus clair de son temps à leurs côtés. Je suis tombée amoureuse de l’un d’eux, et on me l’a retiré … C’est sans doute là que tout a basculé, que mes idées se sont teintées de doutes.

La vie est une souffrance, surtout pour les immortels.
La vie est une souffrance, surtout pour moi.
La vie est une souffrance.

Ce n’est pas un don, c’est une malédiction.
...

Mais je refuse de me laisser mourir, et de toute façon je ne le pourrais jamais ! C’est le monde lui-même qui me lance un défi, celui de surmonter cette peine, cette douleur. Alors jamais je n’oublierai, mais toujours j’avancerai, comme je l’ai perpétuellement fait et comme je le ferai toujours. Cette quête que m’a confiée Mère, je la mènerai à bien car je n’ai qu’une seule parole.

Oui, ce n’est pas un don, c’est une épreuve.

Et … que suis-je à présent ? Je suis le savoir, la chose la plus puissante de ce monde, capable d’innover, d’étonner, de créer et de révolutionner. Je suis la beauté, née des fantasmes des hommes les plus exotiques et des femmes les plus curieuses. Je suis l’assurance, celle qui me sert à forger armes et bijoux, à façonner le bois et le cuir, à maîtriser le verre et la terre cuite. Je suis le vice aussi, et je l’avoue … je suis une pécheresse au yeux de Mère et je suis sans aucun doute la moins sage de ma famille. Mais je suis ce que je suis, et je l’assume pleinement … j’assume de pouvoir utiliser la manière forte, de pouvoir être paresseuse, de pouvoir coucher avec qui je le veux et quand je le veux, d’être une pimbêche, d’être imbus de moi-même et d’être gourmande. Et si cela dérange quelqu’un, qu’il vienne me le dire en face si il l’ose … Cela fait peut être longtemps que je n’ai pas combattu, mais je fus jadis l’une des plus puissantes armes que le monde ait connu. Alors jalousez-moi si cela vous chante, aimez-moi si tel est votre souhait, mais ne m'importunez pas.

De toute façon, rares sont les personnes qui se sont mises en travers de ma route, si ce n’est des arnaqueurs et des coupes gorges … Les mortels ont souvent tendance soit à me détester, soit à me vénérer comme une Reine. C’est clair que je préfère la deuxième option, héhé … mais il y a certaines personnes en ce monde qui nous craignent à cause de notre engeance, qui ont peur de nos capacités et de notre passé, ce que je peux comprendre … quoi que non en fait. Aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais ressenti de peur, ni même de la crainte. Il faut dire qu’être immortelle n’aide pas la chose … >>

STATISTIQUES:


Physique:
   Constitution: 30
   Force: 35 + 15 (métier)
   Agilité: 40
   Furtivité: 35
   Dextérité: 70 (40+30)
Psychique:
   Mental: 30
   Contrôle: 25
   Réflexion: 50 (45+5)
   Perception: 45


COMPETENCES:

- Envolée (Racial)
- Nephil de l’Artisanat :
     Maîtrise de la Forge (Niveau 3 : Confirmé)
     Maîtrise de la Joaillerie (Niveau 3 : Confirmé)
     Maîtrise de la Menuiserie (Niveau 3 : Confirmé)
     Maîtrise de la Verrerie (Niveau 3 : Confirmé)
     Maîtrise de la Tannerie (Niveau 3 : Confirmé)
     Maîtrise de la Poterie (Niveau 3 : Confirmé)


Dernière édition par Dissidiax le Jeu 30 Aoû - 13:41, édité 3 fois

_________________

avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 10/07/2018
Age : 20
Localisation : Paris
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [ Dissidiax ] Second Personnage : Azuriël

le Mer 29 Aoû - 8:11
Bonjour Dissi et navrée encore une fois pour le délai de réponse sur cette candidature ! Comme déjà dit en vocal, il y a pas mal de choses à modifier, je vais te les lister plus bas ! Certains points sont négociables, on pourra en parler par MP ou vovo.

- Dans un premier temps : Au niveau des compétences, le rang n'est pas Maître mais Confirmé - cela a été édité sur la fiche de race mais je ne sais plus si c'était avant ou après le début de ta candidature précisément.
- Pour l'âge, peux-tu préciser Inconnu et d'apparence 25 ans ? Puisque ton personnage était immortel, dire qu'elle a 25 ans pourrait prêter à confusion (même si elle se réincarnait régulièrement, son esprit reste très ancien)

Ensuite, un point qui semble être important à soulever : Actuellement, ta Nephil est sans doute la seule représente dans sa race et servira d'exemple pour les joueurs qui souhaiteraient faire une candidature de Nephil dans le futur. De fait, nous nous interrogeons sur le fait que la montrer aussi "sulfureuse" pourrait donner une idée des Nephils assez erronée.
De fait, pourrais-tu, même si cela n'est pas moindre, atténuer son penchant tout en respectant ton personnage d'origine. Je m'explique : il est logique, à mon sens, qu'un être immortel puisse vouloir se faire plaisir de temps en temps, surtout avec un caractère comme celui d'Azuriel. Néanmoins, je trouverais aussi logique qu'un maître n'irait pas jusqu'à avoir des relations avec ses apprentis, par soucis professionnel. Comprends-tu le raisonnement ? Nous pouvons en discuter en vocal si tu le souhaites pour trouver un équilibre mais cela demandera la plus grosse modification de ta fiche.

Dernier point : on sent que le texte fatigue un peu vers la fin de la candidature, il y a quelques fautes ou des phrases tournées de manière assez étrange, il faudrait relire l'avant dernière et la dernière partie, même si elles risquent d'être modifiée.

Merci de ta patience, hésite pas à me dire quand tu auras terminé les modifications / que tu seras disponible pour discuter !

_________________
avatar
Rédacteur
Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Propablement chez lui
Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.youtube.com/channel/UCNvQ1Rf2WQK-x_aFcaoXl5g

Re: [ Dissidiax ] Second Personnage : Azuriël

le Jeu 30 Aoû - 18:55
Ok ça marche !
Pour l'Age, en fait j'avais bien précisé "Réceptacle" qui reprenait bien le fait qu'il s'agissait de l'enveloppe corporelle ^^.
Pour ce qui est de ses actions "sulfureuses", il faut savoir qu'elle était comme ça mais avant qu'elle perde son premier amour, cet à dire il y a 60 ans à peu près. Et pendant ces soixante ans, elle est devenu plus triste mais plus droite dans sa manière d'agir, même si elle reste loin d'être une sage. J'ai précisé ça dans l'Acte IV écris en vert, comme ça pas d’ambiguïté Razz

_________________

avatar
Compte Fondateur
Messages : 144
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://serveurambervale.forumactif.com

Re: [ Dissidiax ] Second Personnage : Azuriël

le Sam 1 Sep - 18:26
C'est validé ^^
Contenu sponsorisé

Re: [ Dissidiax ] Second Personnage : Azuriël

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum