Partagez
Aller en bas
avatar
Rédacteur
Messages : 8
Date d'inscription : 08/08/2018
Age : 18
Voir le profil de l'utilisateur

[rahan83] Rahn De Lisantar, Prince des coureurs de jupons et apôtre de la luxure.

le Dim 23 Sep - 22:01
============
Personnage
============


Nom: De Lisantar
Prénom: Rahn
Âge (date de Naissance facultative): ?
Sexe: M
Race: Valien
Métier: Mercenaire

Description Physique :
Taille : 187 cm
Poids : 78 kg

Description (en 5 à 10 lignes)

Rahn est un bel homme. Il est le cliché physique du prince charmant, de part son allure et de part ses atouts. Rahn est issue de la noblesse, il a de beaux cheveux blonds portés mi-longs, le regard rieur et l’on ne peut pas lui enlever son fidèle sourire suspicieux qui fait tant fondre le coeur de ces dames. Ses yeux sont bleus, d’un bleu cristallin, comme figé dans une solitude glaciale et pourtant si animée. De longs cils viennent harmoniser ses paupières avec le reste de son visage. Il a un nez fin, des traits pour la plupart délicats et mystérieux. Ses cheveux virent presque sur le doré, ils sont soyeux et léger, coiffable de tant de manière sans produits particuliers. Sinon, il a un torse musclé et sec, affiné à la perfection grâce à de régulières séances d'entraînement. Il a des bras tout aussi musclés, marqués par de multiples traits les sillonants comme de longues rivières sèches s’étendantes à perte de vue. Ses mains, grandes et masculines viennent souvent recoiffer celui-ci de manière élégante.

Il a notamment des jambes élancées qui font de lui un homme agile et véloce. Il porte principalement des vêtements mettant en avant ses atouts physique. Il aborde une démarche élégante la plupart du temps, mais il lui arrive parfois de se la jouer tout fou et d’être surexcité, affectant sa gestuelle de telle manière à ce que l’on ne puisse le reconnaître tout de suite. Rahn aime sourire, il ne peut s’empêcher de sourire, en marquant souvent ses sourires de suspicions et de volupté. Il a le regard très chaleureux, mais frais à la fois, comme si par son regard il tentait d’apaiser son interlocuteur, en plus de son expression corporelle. Enfin, Rahn est un bel homme dégageant le parfum d’un chevalier tout droit sorti d’un conte, en est-il de même pour son caractère ?...
Descriptions Psychologique : (en 5 à 10 lignes)

Il faut savoir que Rahn est plutôt sociable, il adore converser et découvrir de nouvelles têtes, surtout féminines d’ailleurs… Vous l’aurez compris Rahn aime les femmes, il les aimes à un tel point qu’il se considère comme le prince des coureurs de jupon. Il doit pouvoir goûter à tout pour faire un choix selon lui. C’est pour ça qu’il n’a d’ailleurs jamais trouvé chaussure à son pied. Il cherche la femme qui le fera vaciller lui et son monde. Ce qui ne semble pas prêt d’arriver... Sinon Rahn est d’un naturel avenant et courtois. Il aime sourire, il est très souvent joyeux. Il est néanmoins un grand taquin et aime embêter son monde comme il faut.  En plus ce son côté gentilhomme et attentionné, il est vif et entêté, triplé d’une assurance à toute épreuve qui chamboulera à coup sûr le coeur de celle qu’il convoite. Il aime l’humour si bien placé, faire rire à cause d’une blague vraiment peu attirante n’est pas vraiment dans ses habitudes. Il adore adresser de vigoureux regards aux passantes, et ceux dans n’importe quelle situation… Cela fait beaucoup de lien avec l’amour et l’aspect charnel, mais il faut savoir que Rahn est un génie incompris sur le plan sentimental... Pour lui, s’il s’amuse. La carte “Prince charmant en mal d’amour” écartée, Rahn est quelqu’un qui prend la vie au jour le jour et qui ne se laissera pas ennuyer par de potentielles interventions extérieures. En soit, Rahn a un grand égo, il ne se laissera pas insulter sauf cas exceptionnel. Il a une bonne maîtrise de soi en général, mais de petites choses peuvent rapidement le faire vriller à Cents années lumières de la réalité. Notamment, il déteste quand un homme fait du mal à une femme, paradoxal non ?...
Bien qu’un peu impulsif… il sait se remettre rapidement en question et cherchera à trouver la meilleure solution pour régler le problème, il est très évolutif et c’est pour cela qu’il gère en société !
En plus de son expérience, il est assez intelligent, il n’est pas un génie, mais il a des capacités intellectuelles qui ne sont pas mauvaises. Il était appliqué et très studieux lorsqu’il participait à des cours - quand il ne draguait pas…
Il pense que si une chose est bonne alors… il faut qu’elle le soit encore plus pour subvenir aux besoins de ceux qui la consomme.
Enfin, derrière le masque du chevalier charmeur, il est tout de même assez narcissique et pense que c’est lui fixe les règles dans la danse… De plus, il aime les sensations fortes et encore plus le danger. Intrépide et vaillant, il ne se laisse pas intimider par l’inconnu, tant qu’une femme posera son regard sur lui. Cependant, il peut se montrer très froid envers ceux qu’il n’accepte pas, en effet Rahn a un caractère pour le moinx extrême, soit il vous aime, soit il vous déteste.
Histoire (15 lignes minimum)

Partie 1: La Chute du traître

C’était une belle soirée, le ciel était dégagé et les étoiles brillaient à n’en plus finir. J’étais emmitouflé dans cette armure rouillée comme les circonstances l’exigeaient. Après tout, j’étais devenu l’ennemi commun de tous les royaumes, tous voulaient me voir à genoux en train de les implorer de me pardonner. Jamais je ne courberai l'échine devant eux. Pourtant, j’aimais ma reine, j’aimais le Prince, j’aimais Dalskär, j’aimais mes amis, en particulier mon grand ami Hereluin, j’aimais Alyna, et par dessus tout, j’aimais Fëarwyn. Après avoir presque tué Hereluin, tout en prenant la précaution de l’épargner, je m’étais retrouvé dans de multiples aventures toutes plus difficiles les unes que les autres. Croyez-moi, se faire projeter contre un mur par Nerval lui-même c’est pas rien. M’enfin bon, je m’égare… La nuit battait alors son plein et j’étais adossé au moulin de ma bonne vieille Jessen. Le vent venait doucement s’infiltrer dans mon armure rapiécée. Inconsciemment, je fredonnais un air guilleret… Et c’est là que je la vis, celle qui sous la lueur de la nuit faisait battre mon coeur comme jamais auparavant. Le seul moyen que j’avais trouvé pour la faire se déplacer jusqu’ici était le fait de lui faire croire à un canular. Et maintenant, elle était là, il fallait que je lui dise une chose importante. Aussi douce que la soie, ses pas la guidèrent doucement vers moi. Majestueuse et incisive, elle se tenait à cinq bons mètres de moi. Je m’avançais alors…

-Vous promettez de garder votre calme ? lui dis-je à travers mon heaume.
La beauté méfiante hocha alors doucement la tête.
J’ôtais alors ce qui masquait jusqu’alors mon identité.

-Coucou ! m’exclamais-je alors guilleret,
-Bonsoir Rahn… dit-elle de sa voix monotone.

Je décidais alors de m’approcher d’elle d’un pas sûr, les yeux rivés sur sa belle chevelure.

-Je ne voulais pas t'effrayer mais c'était la seule façon de te faire venir, c'était que du pipeau.

C’est à peu près à ce moment-là que j’ai commencé à sourire comme un idiot.

-De me faire venir? Tu voulais me voir? Trancha-t-elle aussitôt…

-Oui !... je me sentais très seul dans ma planque... j'avais envie d'un gros câlin moi ! Dis-je alors en mimant une petite moue.

-Tu fais l'idiot là, non?

-Non... j'étais vraiment déprimé en fait…

-C'est toi qui a choisi cela.

Ses mots se révélaient de plus en plus tranchants et la tension était palpable...

-Effectivement…
Il fallait l’avoir par la ruse ! Et quoi de mieux que la technique de l’oreille ? Mon plan était parfait. Je me rapprochais donc d’elle pour lui sussurer quelque chose.

-En fait... tu m'as manqué.

Oui, moi le prince des coureurs de jupon, j’ai dis ça à une femme. D’ailleurs elle me repoussa aussitôt et me regarda fixement, il est vrai que je devais être à croquer sous la lumière de la lune.

-C'est toujours pareil avec toi... tu me détestes Bla Bla Bla... j'ai l'habitude avec 4 royaumes sur ma trace… lui lançais-je alors en baissant la tête pour tenter de la coincer, je savais qu’elle ne me détestait pas AHAHAH.

Elle soupira légèrement et dit alors:

-Je ne te déteste pas. Et même si je t'ai manqué, que tu as des sentiments pour moi, tu sais que je ne connais pas vraiment ça.


-Je sais...

-Et de toute façon, tu sais que vu la situation, tu n'auras rien de moi…

Je posais alors un genoux à terre en baissant une énième fois la tête...

-De par ma foi de Chevalier Errant, vil forban... je m'excuse d'avoir fait pleurer la plus belle fleur qu’il m'ait été donné de rencontrer…

-Rahn, ce n'est pas toi qui m’as fait pleurer, et tu n'es pas obligé de faire ça…

Alors les amis, passons aux choses sérieuses, nous entrons dans le vif du sujet, dans les techniques “avancées”.

-Si... Je me suis trop mal comporté, que le monde entier me donne un coup d'épée me ferait moins mal que de te voir pleurer…

Ce que je suis craquant quand je dis ça… AHAHAH

-Ce n'était rien.. Et ne te sens pas mal pour moi, je n'aime pas vraiment que l'on s'inquiète pour moi…

Je me relevais alors, reprenant une stature fière, me plaçant de façon à ce que la lune éclaire bien mon visage. L’éclairage, c’est la clef.

-Et alors ? Tu vas faire quoi ? Me détester ? Me dénoncer ? Vas-y ! Je t'aimerai quand même, dis-je alors avec conviction.

-Franchement, je ne sais pas. Il y a eu tellement de chose ces derniers temps que bon... Je ne donne plus mon opinion pour le moment
, rétorqua alors la belle.

- A propos de quoi ?

-Par rapport à toi.

Je vous l’accorde, c’était mal barré comme situation. Mais vous allez voir, la suite est tout aussi croustillante!

-Ah.. Juste... ne me déteste pas…

-Pourquoi ne te détesterais-je pas ? dit-elle alors d’un air interrogateur.

-Je sais que je ne suis qu'une ordure... mais me déteste pas, dis-je en ramenant ma main devant mon visage avant d’avoir baissé la tête.
(musique d’ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=S3VaWxpi-2g )
Elle soupira alors doucement. Son souffle pourtant si proche me fit me sentir à des années lumières de cet être de pure beauté. Son parfum était enivrant, presque autant que le mien d’ailleurs. Le sien semblait pourtant plus subtil, plus insidieux, c’était le genre de parfum que l’on ne peut oublier.

-Rahn, je ne te déteste pas.

Aussitôt, je relevais la tête et l’observais, l’admirant d’un oeillade presque enfantine.

-C’est vrai ? dis-je alors, mon visage s’illuminant peu à peu.

-Juste, tu sais que quoi qu'il arrive tu vas souffrir, voir mourir ?

-Je sais… Mais je ne mourrai pas en vain.

-Et... j'ai parlé à Hereluin, du fait que je t'avais vu, et je pense que tu te doutes qu'il ne te croit pas et qu’il aurait voulu te voir en face.

-M'en fou.. de toute façon, je suis seul dans cette affaire, seul contre tous, rétorquais-je en souriant suspicieusement à mon interlocutrice.

-C’est ton choix.

Je décidais alors de saisir cette opportunité et de la prendre contre moi, ce qui ne fut pas concluant car elle me repoussa aussitôt contre la barrière.

-Accorde-moi au moins ce moment…

-Comment ça ?

-Après ce soir, je ne serais plus capable de ça, je pense... je serai trop recherché et n'aurais plus le temps… accorde-moi cette rédemption… S’il te plaît, laisse-moi te prendre dans mes bras.

Elle ne répondit rien et me regarda fixement.

-Je peux ? lui dis-je alors.
-Tu…
-Je ? Je peux ?

Elle me regarda alors… et hocha doucement la tête. Je me senti alors instantanément rougir et vint la prendre contre moi. J’entamais alors la phase de contact. Ma première action fut de lui souffler délicatement dans le cou, assez pour qu’elle en frissonne. Ensuite, je ne pu m’empêcher d’embrasser celui-ci avant qu’elle ne commence à me repousser. Sentant sa pression sur mon corps, je décidais de le lui dire.

-Je t’aime tellement… lui dis-je en caressant ses beaux cheveux d’or.

-Je.. je ne peux pas te dire que je ressens la même chose que toi... je ne sais pas ce.. ce que c'est...


-Je peux t'aider à le découvrir...si tu veux…

Elle ne me répondit pas.

-Tu veux le découvrir ? demandais-je alors avec retenue.

-Je... je ne sais pas...


-Faisons...un test ?... Si tu ressens quelque chose quand je t'embrasse... tu sauras.

Elle me regarda alors dans les yeux avec un soupçon de vie que je n’aurais jamais cru voir et je décidais alors d’embrasser ma dulcinée, la ramenant contre moi petit à petit. Ce fut le plus beau baiser de ma vie, et surtout, le dernier. Soudain une vive douleur se déclara dans le milieu de mon dos.

-Je… désolée…

Je me retenais alors à la rambarde, serrant la mâchoire et regardant dans le vide. Allais-je mourir par la main de celle que j’aimais ? C’était inévitable, la douleur me fit tomber en arrière. Je l’emmenais alors avec moi au sol, tentant de lui prendre la dague pour l’emmener avec moi dans la tombe. MAis au moment où j’allais la planter, elle se mit à pleurer toutes les larmes de son corps. Une fois de plus j’allais lui faire du mal. Je n’étais bon qu’à ça en fin de compte, j’arrivais, je prenais, je détruisais. Je décidais alors sur un coup de tête de me blesser moi-même.
Je hurlais alors: AMBERVALE, JE PARS AVANT TOI !
-Rahn… je…

-Tu diras… à la reine que je la servirai dans la tombe, dis-je en commençant à agoniser.

-Pardonne moi... je.. je..
. continua-t-elle en déversant des montagnes de larmes.

-Tu m'as trompé... comme toutes...


Ma vue commença à se troubler et je toussais fortement, elle était toujours là, à pleurer sur mon triste sort.

-Je... je suis.. déso... lée… 
je.. je ne... voulais... annonça-t-elle en divulgant une énième fois sa douleur.

-Tu aurais...p..P..p..me..m..rai.. raiso...raisonner... tu... le ... po..Pouvais… toi, crachais-je alors.

-Je... je suis... je ne... voulais... évacua-t-elle en appuyant sa tête contre mon épaule.

La scène se fit tout à coup silencieuse, mes tremblements disparaissaient uns à uns et ma vision commençait à se faire de plus en plus sombre. J’attendis jusqu’au dernier moment avant de prononcer mes derniers mots.

-Amour… Pff… Terminais-je alors avec l’intime sentiment d’avoir eu une vie bien courte.

Ce qui s’est passé après ? C’est une longue histoire...

Partie 2: Ma si belle maîtresse.

Perdu dans le froid et l’obscurité, je ne savais plus que faire. Ce doux baiser me semblait maintenant enfoui à des années lumières de mon état actuel. C’est simple, j’étais le néant, j’étais tout et rien à la fois. Pourtant une douce mélodie me restait en tête, celle-là même que j’avais entendu dans un festival musicale de Drakenstorm. Peu à peu, je sentais mon coeur se réchauffer, quelque chose se passait. Mon être n’avait pas la moindre idée de ce qu’il pouvait bien se passer, c’était comme renaître, reprendre ses droits sur la vie… Du moins sous une autre forme, une chose piquait ma sensibilité: Une odeur. Aussi volatile qu’ahurissante elle venait doucement réveiller le preux chevalier que j’avais été par le passé. Et dans ce bazar exubérant, une douceur vint effleurer mes oreilles.
Une voix aussi douce que la poudreuse des nouveaux jours m’extirpa de mes songes.


-Les morts auraient le sommeil lourd ? dit mélodieusement la voix.
C’était une voix féminine, aussi délicate que le parfum des lilas et pourtant plus ferme, elle dégagée la saveur d’un orchidée sans en avoir son excentricité, à qui pouvait-elle appartenir ?

J’ouvris donc lentement les yeux, tel un animal sortant de son hibernation… En ouvrant les yeux, je découvris alors deux sphères rondes, éclatantes et attentives à souhait. Une demoiselle se penchait légèrement au dessus de moi, je sentais toute la passion découlant de celle-ci. Son décolleté me faisait penser à une cascade, une cascade qui aurait pu contenir tous les espoirs des hommes. Non pas qu’il soit vulgaire, mais il était agréablement bien fourni. Devant moi se dressaient deux montagnes, et comme l’aurait dit mon maître “Les montagnes sont faites pour être gravies”. Ni une ni deux, je reconcentrais mon regard vers l’Elya.

-Prouvez-moi que j'ai réussi. Dites quelque chose, très cher, dit-elle de sa voix, enivrante à en faire pâlir le plus grand guerrier: moi quoi AHAHAH.

-Si c'est ça la mort, je veux bien y rester pour l'éternité ! dis-je en esquissant un sourire suspicieux.

-Vous resterez ici pour l'éternité, soyez-en certain. Du moins... Tant que vous faîtes ce qu'il faut pour. Bon retour parmi les vivants, Rahn de Lisantar, dit-elle sans pour autant paraître touchée par mon envolée et mon ineffable frimousse.

Les amis, croyez le ou non, elle était certainement déjà presque entièrement séduite, il suffisait d’en rajouter un p- “Bon retour parmi les vivants” ? QUOI?! Tâchons d’en apprendre plus...

-Je suis dans le monde des vivants ? Vous me connaissez ? dis-je en essayant de cacher ma surprise.

-Et qui ne vous connaîtrait pas ? L'ennemi public des quatre nations, pourchassé contre vents et marées à travers Ambervale tout entier... Si vous êtes ici, c'est parce que je déduis de votre réputation que vous n'êtes pas une personne de moindre mesure, comme j'aime à le dire. J'espère seulement que votre renommée vous précèdera réellement, dit-elle en m’agichant d’un sourire pour le moins enjôleur.

La dame me connaissait, et elle semblait prendre mon parti sur l’affaire “Nervalo-Hereluin”, une femme très intelligente.

-Oh je vois, et donc pourquoi m'avoir ramené ici ? Vous semblez prendre bien des risques en vous approchant de moi charmante demoiselle, j’esquissais alors un sourire suspicieux en la regardant fixement.

-Vous pouvez m'appeler par mon nom, très cher. Je me prénomme…
Elle ne put finir sa phrase qu’une phrase vint se greffer dans mon cerveau et que je ne finisse celle-ci machinalement.

-Korra Lirellia, souveraine en vigueur de Syriel.

Oh, une chose bizarre venait de se produire. J’en fus tellement surpris que je ne pu dire quoi que ce soit, me levant simplement en lorgnant de par et d’autre Korra.

-Je ne prends jamais aucun risque. C'est pourquoi je me permets pareille approche. Je suis celle qui a détourné le regard de la Mort de votre personne, et détiens en conséquence tous les droits sur votre existence. Mais, n'ayez crainte... Je n'ai pas l'intention de faire de vous un servant décérébré et parfaitement soumis à ma volonté. En vérité, je préférerais que vous restiez autonome et propre à la personne que vous étiez, rit-elle en se voilant légèrement de la douceur de ses doigts.

-Vous avez conscience que j'étais une personne... peu recommandable ?

-Je pense surtout que les hautes sphères avaient des raisons personnelles de vous affubler d'un tel fardeau. Prouvez-moi le contraire si j'ai tort; dans tous les cas, le passé n'a que peu d'importance. Je me fie à l'avenir, et à son impact sur le présent. C'est pourquoi aujourd'hui, vous vous réveillez.

Son sourire vint me redonner un force pour le moins insoupçonné, elle incarnait une soif d’ambition que j’avais pu connaître auparavant, était-ce le renouveau de la carrière de Rahn de Lisantar ? Non… Il me fallait un surnom, le genre de surnom qui puisse me permettre d’inspirer la crainte à mon ennemi tout en m’assurant les faveurs de ces dames… Dorénavant, je serai le chevalier de l’Aube. Oh, attendez, c’est un peu trop conte de fée pour moi… Pourquoi pas juste… Aube ? Oui, Aube ça claque et ça reste réaliste. Adjugé vendu.


-Vous êtes bien perspicace, soit, donc je suppose que je devrais tout de même vous donner une contrepartie pour m'avoir ressuscité ?
Elle avait un don pour effacer mes doutes. Et je ne vous parle pas de ses formes vigoureuses… Quoiqu’il en soit, nous passions donc à l’étape suivante et j’avais un plan pour gagner des points auprès de celle-ci.


-Votre résurrection est une belle récompense, en soi. Je suis satisfaite de voir qu'il s'agit d'un franc succès. Je n'ai besoin de rien de plus. À partir de maintenant, vous êtes lié à moi. Vous serez mes yeux, mes oreilles, peut-être même ma parole en temps et en heure. Je n'exige de vous que l'accomplissement des requêtes que j'aurai à votre intention, ainsi qu'à ma protection. Autrement, vivez votre existence comme bon vous semble... Essayez seulement de ne pas vous faire remarquer.

Et c’est là que le preux chevalier montre l’étendue de son ardeur mes p’tits gars.

-Et bien, j'agirai alors selon vos recommandations, dis-je en venant fièrement courber l’échine devant elle, voulant dégager une aura aussi saisissante que possible.

Elle vint ainsi poser sa main d’une douceur inégalable sous mon menton, m’enjoignant à redresser celui-ci face à elle.

-Vous êtes très compréhensif. C'est appréciable. ~ Hélas, il va falloir aborder la question des raisons justifiant votre retour inopiné… Dit-elle tout à coup plus sérieuse, empreinte d’un calme à toute épreuve.

-Et je suppose que vous savez comment vous y prendre ?

-Si vous êtes ici, c'est grâce aux arcanes de la nécromancie. Il va sans dire qu'il est proscrit d'utiliser ce genre de magie, moins bien vu encore lorsqu'on incarne une sommité d'Ambervale. C'est pourquoi j'ai souhaité avant toute chose me sertir de votre présence. Je voulais un protecteur digne de mon nom, capable de pouvoir supporter les menaces qui me seraient adressées... Et, à terme, utiliser l'expérience que j'acquerrai en vous ressuscitant et en faisant usage de votre personne afin de vaincre le mal qui menace le continent.

AH. Alors, j’avais pas prévu ça je vous avoue les p’tits gars. Bon vous vous en doutez, je l’ai suivie. Comment résister à une fleur si délicate ?

-Fort bien, je tâcherai de faire au mieux alors.

-Il s'est passé énormément de choses depuis votre mort, et il me faut aussi vous informer des conditions de votre rappel à la vie. Je vous expliquerai tout en chemin... Pour l'heure... Il faut nous rendre à Syriel. Nous devons organiser sa défense au plus vite.

C’est ainsi que nous partîmes pour vivre une flopée d’aventure plus folles les unes que les autres, prenant “Aube” comme pseudonyme. Toutefois, tout ceci sembla prendre fin quand un mystérieux flash vint couper court à mes aspirations en Ambervale, était-ce le sort qui m’était destiné au final ? Comme si les lois de ce monde voulaient me rappeler à l’ordre.


Fiche de Personnage :

Mon personnage étant un "ancien" personnage possède le bonus lié à son statut en terme de compétence.

Statistiques : Vos statistiques de base + 35 points à répartir
Physiques:
• Constitution :  50 (45+5)
• Force : 55 (40 +10 + 5 en force permanent.) et 65 si utilisation d'une arme à une main
•  Agilité : 50 (30 +20)
•  Furtivité : 30
• Dextérité : 40
Psychiques :
• Mental : 35
• Contrôle : 30
• Réflexion : 35
• Perception : 40

Compétences : Vos compétences de Métier et de Trait Racial et : soit 3 nouvelles compétences au niveau 1 ou alors l'augmentation au niveau 2 d'une de vos compétences de métier.
Race :
-Valien : Adaptation
Les Valiens s’adaptent plus facilement à l’environnement.
Bonus : Les Valiens ont un bonus de +10 en constitution lorsqu'ils changent d'environnement ou de milieu. Ne fonctionne pas pour le milieu aquatique.

Métier :

Mercenaire:

-Maniement de l’épée à une main niveau 2 soit:
Novice :  +10 en force dans le maniement d’une arme à une main, +5 en force (permanent)

-Sang-froid niveau 1 soit:
Apprenti : +5 en contrôle lors de situations périlleuses

Compétences Ajoutées :

-Parade/bouclier:
Apprenti : +5 en force pour parer un coup

-Sprint:
Apprenti : +5 en agilité lorsqu'il faut courir, peut se déplacer d'un bloc supplémentaire en combat.

-Armure légère:
Apprenti : Pas de malus d’agilité lorsqu’il porte une armure légère

Équipement: Une armure de cuire légère ainsi qu'une épée en acier.

Je vous remercie d'avoir lu ma candidature.

-Kalenz.
avatar
Guide
Messages : 108
Date d'inscription : 16/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [rahan83] Rahn De Lisantar, Prince des coureurs de jupons et apôtre de la luxure.

le Lun 24 Sep - 19:46
Bonsoir Bonjour !
Je n'ai rien à redire sur la candidature étant donnée qu'elle a déjà été vue avant et que tout a été discuté avec le staff.
La candidature est donc Validée ! Rendez vous à la prochaine ouverture de portail avec Korra !
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum